Maisons de retraite à Biterrois: le remède aux déserts médicaux?

 | minceur solutions

Maisons de retraite à Biterrois: le remède aux déserts médicaux? | minceur solutions

décembre 17, 2019 Non Par Camille Leroy


Ces dernières années, pour pallier le manque de médecins sur certains territoires, des centres de santé multiprofessionnels (MSP) ont été développés qui regroupent plusieurs professionnels. Dans certaines villes, il existe également des centres de santé.

La lutte contre la désertification médicale a peut-être trouvé son traitement de choc. Les professionnels de santé se regroupent depuis plusieurs années dans des maisons de santé multi-professionnelles (MSP), installées sur un ou plusieurs sites.

Les foyers multi-professionnels et les centres de santé se développent rapidement en Occitanie.

Les foyers multi-professionnels et les centres de santé se développent rapidement en Occitanie.
– Infographie de Cathy Malizard

"C'est la formalisation de l'exercice coordonné entre plusieurs professionnels: une équipe qui rédigera un projet de santé. Un centre de santé est composé d'au moins deux médecins généralistes et paramédicaux", explique le Dr Eric Schwartzentruber, chef du centre de soins primaires de ARS Occitanie.

Message de Lola Thierry

Le gouvernement a été clair: pour lutter contre les déserts médicaux, l'objectif du plan "Ma Santé 2022" est de dupliquer les logements et les centres de santé d'ici 2022. Le territoire de l'Hérault Ouest, favorable à ces problèmes dans certaines régions, va bien.

Si certains foyers de soins se développent, les centres de santé ne devraient pas être surmontés. Dans plusieurs municipalités, les maires ont pris cette décision, en raison de l'absence de médecins ou du grand nombre de patients. Ou les deux.

Les professionnels sont unanimes: les systèmes sont attirés, par la qualité de vie garantie et par l'ambiance du collectif. Si pour certains politiques, la liberté d'installation des médecins "constitue une forme d'ingratitude des entreprises envers la communauté" (voir l'un des amendements proposés à la loi sur la santé en mars 2019, puis retiré avant les débats), ils sont oubliés que si les jeunes ne veulent pas s'installer dans les déserts médicaux, c'est bien souvent que ces territoires sont des déserts.

Manque de médecins, mais aussi de marchands, d'animations, de vie … Et on peut comprendre qu'à 30 ans, bien qu'au service de la population, on veut un autre cadre de vie. Donc, pour beaucoup dans la même structure, c'est déjà mieux.

La formalisation de l'exercice coordonné entre plusieurs professionnels.

Avec le soutien des pouvoirs publics (ARS et assurance maladie), ils répondent à un besoin "qui vient toujours des professionnels de santé, car si la décision ne vient que des élus, elle ne fonctionne que très rarement".

Dans les cas complexes, les patients bénéficient d'un suivi collectif, qui concerne tous les professionnels recherchés. C'est souvent la raison pour laquelle les professionnels s'installent plus facilement dans un MSP: cela permet un «exercice coordonné pour les patients». Mais aussi, et surtout, c'est parce que le système "améliore la qualité de vie des professionnels: les jeunes ne veulent pas s'installer seuls et ont besoin d'horaires réguliers", précise le médecin. Sur le territoire de l'Hérault Ouest, il existe 10 MSP, dont celui de Béziers. Celles de Bédarieux / Hérépian et Pézenas / Tourbes sont multi-sites: elles ont un site principal et un site secondaire.

MSP supplémentaire prévu

Alors que 152 maisons de santé multiprofessionnelles sont ouvertes en Occitanie, 54 sont actuellement prévues dans la région. Sur le territoire de l'Hérault Ouest, un foyer de soins est prévu: celui de Magalas (qui a été validé en 2018, mais fait face à un problème immobilier).

Toujours sur ce territoire, trois MSP sont à un niveau plus avancé, puisqu'ils sont construits et sont en train d'ouvrir: Puisserguier, Laurens et Saint-Gervaissur-Mare ouvriront prochainement leur service médical organisé en MSP. A Tourbes, des bâtiments sont en cours de construction pour le site secondaire de la maison de repos de Pézenas.

Les centres de santé

Il existe également des centres de santé, gérés par les municipalités, les établissements de santé ou les associations, qui rassemblent les professionnels du secteur et les rémunèrent. Certains sont polyvalents, d'autres ne regroupent que des médecins ou sont uniquement spécialisés (comme les centres dentaires, nombreux dans l'Hérault Ouest).

S'ils sont municipaux, ils ne peuvent réunir que des médecins généralistes, comme à Capestang ou Sauvian. Les municipalités se tournent de plus en plus vers ce système, compte tenu de la retraite des médecins libéraux ou de la congestion de ceux qui restent.

Dans les centres de santé, municipaux ou non, tous les professionnels y sont salariés (contrairement aux maisons de santé, où ils pratiquent en libéral) et, en fait, ont moins de procédures administratives à respecter. C'est pourquoi beaucoup d'entre eux voient ce système comme l'avenir, contrairement au MSP, parce que «les jeunes médecins ont un attrait salarial».

Promotion chez notre partenaire