Il y a ceux qui aiment relever des défis spécifiques pour le plaisir et ceux pour qui le défi devient la lutte d'une vie. Francis Pasquier, 35 ans, de Thaon-les-Vosges (commune de Capavenir Vosges) était loin de soupçonner que son «mois sans alcool» ne deviendrait «plus d'alcool».

"Au début, je me suis dit que j'allais profiter de ce mois pour m'arrêter, sachant que j'avais environ deux collations par jour, tous les jours. J'avais été sans tabac pendant le mois et ça fonctionnait très bien. Suivi par un spécialiste du tabac. Ensuite, le 4 janvier, quatre jours après avoir relevé ce défi, on m'a diagnostiqué un diabète de type 1. "

"Je n'ai pas d'autre option"

Par conséquent, son objectif a dû être modifié un peu. "Au début, je voulais arrêter de prendre un seul verre de temps en temps pour accompagner. Maintenant, je n'ai pas le choix; avec ma santé, cela doit être définitif." Malgré cela, ses motivations depuis le premier jour n'ont pas changé. "J'ai lu de nombreux articles sur les effets de l'alcool. J'avais peur de devenir vulgairement alcoolique. Je ne voulais pas augmenter la dose."

À moyen terme, les avantages sont déjà annoncés. "J'ai perdu un peu de poids. Jusque-là, je buvais du Martini, un alcool très doux. Le réveil est plus facile, plus léger maintenant. Avant, j'avais une sensation de" gueule de bois ", eh bien je ne buvais pas trop; je ne me sentais pas bien. Le goût en bouche est également différent. J'ai l'impression que mes papilles sont plus développées qu'auparavant. "

"Il est plus facile d'accepter"

Aujourd'hui, même si la faille a tendance à disparaître la nuit, Francis parvient parfaitement à se passer d'alcool. "Je me dis que je dois le faire pour ma famille, que je ne dois pas craquer. C'est mental. Si ça devient vraiment trop compliqué, je vais marcher pour penser à autre chose, je mange du cupcake ou je bois de l'eau pour calmer la sensation de soif." Une "addiction" qui en remplace une autre. "Depuis que j'ai découvert mon diabète, je dois faire du sport. Je vais au gymnase ou je me promène." Un changement de vie qui ne vous empêche pas d'en profiter. Pour continuer à profiter de l'apéritif, les années trente ont leurs conseils. "Je remplace mon verre d'alcool par de la limonade par de la limonade pour me dire que je bois encore quelque chose", rit-il.

Très philosophe, il estime que «en un sens, le« mois sans alcool »est passé. Je n'ai pas choisi d'arrêter de boire à cause de mon diabète. J'ai pris la décision plus tôt; du coup, pour moi, c'est plus facile à accepter.



J'avais peur de devenir vulgairement alcoolique.

Francis Pasquier, participant au mois sans alcool

71

En janvier 2018, l'Université du Sussex a mené une étude auprès de 800 participants au cours du mois sans alcool. 71% ont déclaré qu'ils dormaient mieux.

Le fait que cela se produise en janvier est une bonne chose car à la fin de l'année, nous allons trop loin.

Michèle Bier, infirmière au CSAPA

8203

Ce mercredi à 10h30, le site dryjanuery.fr comptait 8 203 participants au challenge de janvier de cette année.


Après le lancement de sa campagne de janvier à sec, l'association caritative Alcohol Change UK a lancé une application mobile Try Dry pour aider ceux qui relèvent le défi d'atteindre leur (s) objectif (s). Photo DR

Qu'est-ce que le «janvier sec»?

Le «janvier sec» est une campagne de sensibilisation lancée en 2013 par l'association caritative britannique Alcohol change UK. En France, ce challenge est surtout connu sous le nom de «mois sans alcool», «challenge de janvier» ou encore «janvier sec». La (seule) règle est simple: arrêtez de boire une goutte d'alcool dès l'aube le 1st Janvier au 1st Fevrier

En janvier 2018, l'Université du Sussex a mené une enquête auprès de 800 participants pour montrer les avantages d'un tel défi. Ainsi, 88% des participants ont admis avoir économisé de l'argent, 71% ont réalisé qu'ils n'avaient pas besoin de boire pour s'amuser, 71% dorment mieux, 67% ont plus d'énergie et 57% indiquent avoir une meilleure concentration

De plus, Alcohol change UK a lancé l'application mobile Try Dry (disponible gratuitement en anglais sur Android et Apple) dans le but d'aider quiconque accepte le défi à atteindre ses objectifs en réduisant ou en arrêtant toute consommation d'alcool. . En attendant une version française, retrouvez toutes les informations nécessaires sur le site dryjanuary.fr

Marie BASCOULERGUE


Sur le site vosgesmatin.fr, seuls 16% des électeurs ont déclaré qu'ils participeraient au mois sans alcool. Photo VM / Jean-Charles OLÉ

Mois sans alcool, a décidé du sujet

Au lendemain du lancement du défi "Janvier sec" ou "mois sans alcool", qui consiste à arrêter de boire de l'alcool au cours du mois de janvier, votre quotidien vous a posé la question suivante sur son site Internet, le jeudi 2 janvier: "Participez-vous à l'opération" Mois sans alcool "?". Au terme de cette journée, pas moins de 764 personnes ont répondu à cette enquête. Résultats à l'issue du scrutin: 16% des votants ont répondu "oui", 76% ont répondu "non" et 8% ont coché la case "sans préavis".

Vous pouvez retrouver les résultats de cette enquête sur notre site vosgesmatin.fr.